Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Paru dans Ouest France - Mercredi 13 mars 2013



Quarante-deux élèves réfugiés au gymnase - Ouistreham


Dans le gymnase du Cosec, les réfugiés de la route devaient prendre le ferry hier soir

Ils sont arrivés d'Aubenas (Ardèche) et n'ont pu prendre le ferry. La municipalité les a accueillis. Bilan dans la commune.

 

« Avec nos 42 élèves, nous sommes partis lundi d'Aubenas, en Ardèche, avec un temps superbe. Et au fur et à mesure qu'on montait, ça se gâtait. Une fois arrivé à Paris, il neigeait. Et pour arriver à Ouistreham la route était difficile, explique émue Françoise Dutot, professeur d'anglais. Une fois arrivés, nous avons appris que le ferry ne partait pas. Heureusement, la gendarmerie et la municipalité nous ont accueillis et nous avons été hébergés dans le gymnase. Ils sont venus nous donner à manger, voir régulièrement si nous ne manquions de rien. Nous avons reçu un accueil formidable. »

En dehors de ces naufragés de la route, Ouistreham n'a pas connu d'incidents majeurs. « Nos équipes sont à pied d'oeuvre et nous ne pouvons dégager que les grands axes. Nous ne sommes pas à la montagne et nous n'avons pas les mêmes moyens. Je suis là depuis 22 ans et je n'avais jamais vu ça », précise le secrétaire général de la mairie.

Même étonnement pour Michel Grucker, postier en congés forcés. « Il n'y a pas eu de service de distribution de courrier. J'y habite depuis plus de 40 ans. La dernière tempête de ce type remonte à février 1996. À 7h, je suis sorti et c'était vraiment impressionnant. Il y avait des congères de plus d'1 m le long des immeubles, sur le front de mer. » Il évoque aussi les voitures abandonnées « au milieu de congères de 2 m au niveau du casino ».

 

Nathalie TRAVADON.

Tag(s) : #Voyages

Partager cet article

Repost 0